"Rendez le bien pour le bien et la justice pour le mal" Confucius

Noah se portent bien, son père s'est rendu à la justice espagnole


L'homme de 32 ans était venu spécialement de l'étranger pour retrouver le petit Noah, mais il ne l'avait pas rendu à sa mère comme cela était convenu.

Mercredi dernier, soit quatre jours plus tard, l'homme s'est présenté à un tribunal en Espagne avec son enfant. Les deux se portent bien. Une enquête est en cours.

Selon le journal «Faro de Vigo», le père et la mère du petit se livrent à une bataille juridique en Espagne pour obtenir la garde exclusive de l'enfant. L'avocat du trentenaire assure par ailleurs qu'il n'y a pas eu d'enlèvement puisque les deux parents se partagent actuellement la garde du garçon. Interrogé sur les raisons qui ont poussé l'Espagnol à ne pas rendre le bambin à sa mère, l'homme de loi explique: «En allant chercher son enfant dimanche dernier, il a eu l'impression qu'il était négligé.» Le Ministère public ne veut pas s'exprimer sur les circonstances des faits.

Contactée par «20 Minuten», la mère de Noah, Laila, se dit soulagée: «Je peux enfin souffler.» Comme elle n'avait eu aucune nouvelle des deux pendant quatre jours, elle craignait que quelque chose leur soit arrivé. La Brésilienne de 31 ans raconte que ce n'est pas la première fois que son ex, I.O., agit de la sorte. Quand elle vivait encore en Espagne, l'homme avait refusé une fois de lui rendre son fils alors que celui-ci devait encore être allaité. Une autre fois, il avait gardé le garçon chez lui tout un week-end. Dans les deux cas, Laila avait dû faire appel à la police. 

C'est au cours d'une de ces interventions que les agents avaient découvert des traces de violence sur le corps de la Brésilienne. La jeune femme affirme en effet que son ancien compagnon l'a blessée lors d'une dispute portant sur la garde de Noah. «J'aurais pu témoigner contre lui et il serait allé en prison. Mais après avoir parlé avec son avocat, il m'a dit qu'il me laissait Noah si je ne portais pas plainte contre lui. Mais après avoir été relâché par la police, il n'a pas signé les documents nécessaires.»

Malgré tout ce qui s'est passé, Laila, qui est venue s'installer en Suisse en 2017, affirme avoir essayé tant bien que mal d'entretenir des rapports normaux avec son ex pour le bien de l'enfant. «Quand I.O. a demandé à venir rendre visite à Noah, je l'ai invité chez moi et je lui ai payé son billet d'avion.» Et d'ajouter: «Je pensais que tout allait bien se passer.»

Pour l'instant, la Brésilienne ignore quand elle pourra récupérer son fils. Les discussions avec les autorités et les avocats sont en cours.





Il faut à peine 3 minutes pour kidnapper un enfant !


Une chaîne de télévision anglaise a mené une expérience angoissante, en filmant un homme tentant de convaincre des enfants de venir avec lui. Sept sur neuf l'ont suivi sans résistance.


«Ne parle pas aux inconnus». «N'accepte jamais des bonbons de quelqu'un que tu ne connais pas». Voilà autant de recommandations faites par les parents à leurs enfants. Mais est-ce vraiment efficace? Une expérience menée par la chaîne de télévision britannique ITV montre qu'il faut moins de deux minutes à un individu pour convaincre un enfant de le suivre. 

La chaîne a diffusé la première partie d'une expérience nommée «Stranger Danger» (L'inconnu est un danger) qu'elle a réalisé auprès d'une dizaine de mères et de leur enfant. L'objectif était de mettre en lumière le risque encouru par les enfants laissés sans surveillance. Le résultat de l'expérience est sans appel et montre l'effrayante ingénuité des petits. Sur neuf enfants âgés de 5 à 11 ans, sept ont suivi un homme, complice de la chaîne de télévision, dans un temps compris entre 33 secondes et 3 minutes.

Dans la vidéo, des mères emmènent leur enfant jouer dans un parc. Ces femmes sont confiantes, car elles ont déjà briefé par le passé leur progéniture, leur disant de ne pas suivre des inconnus. Mais l'expérience leur réserve bien des surprises. Très vite, les enfants se laissent aborder par l'étranger, et pour certains, le suivent. L'homme adopte une tactique assez simple: il s'approche du bambin laissé seul et lui demande de venir avec lui pour chercher «son petit chien blanc» ou «sa fille». De loin, les mères, qui ont prétexté un coup de téléphone pour s'éloigner, observent la scène incrédules.

Sur son site la chaîne propose cinq conseils aux parents pour protéger leurs enfants. Selon l'office britannique pour les statistiques nationales, entre 2011 et 2012, 532 cas d'enlèvements d'enfants ont été répertoriés en Grande-Bretagne. En France, le Centre français de protection de l'enfance a relevé 598 disparitions inquiétantes de mineurs en 2012.